Jeux Paralympiques

Rio 2016

Damien Seguin raconte sa médaille d'Or

rio.1
Douze ans après sa médaille d’or à Athènes, huit ans après l’argent à Pékin, Damien Seguin est entré définitivement dans la légende de la Voile le 17 septembre lors des Jeux Paralympiques de Rio 2016, en remportant sa deuxième médaille d’or ! De retour du Brésil, il raconte cette aventure hors du commun.

Comment as-tu vécu ces Jeux Paralympiques à Rio ?

Les brésiliens ont mis beaucoup de cœur à organiser les Jeux Paralympiques malgré les difficultés financières. La voile par exemple n’a pas pu bénéficier de caméra pour retransmettre la compétition. C’est dommage, mais d’une façon générale, et comme on pouvait l’espérer, la fête était au rendez-vous et les performances de l’équipe de France ont été relayées, non seulement à la télévision mais aussi par de très nombreux médias français. Beaucoup de supporters tricolores ont fait le déplacement au Brésil pour venir encourager l’équipe de France, comme les fans de mon association « Des pieds et Des mains », dont la moitié étaient des jeunes en situation de handicap. Ils étaient là pour m’encourager sur la plage tous les jours, c’était génial, cette médaille d’Or est aussi la leur.

La compétition a été particulièrement relevée chez les paralympiques en Voile à Rio, comment résumerais-tu cette semaine et ce scénario inédit avant d’entamer la dernière manche ?

Sur ce plan d’eau compliqué et exigent nous étions sept concurrents sur seize à avoir le réel potentiel de monter sur le podium. Comme je l’avait prédit, le classement fût serré et tout s’est joué le dernier jour, où la 11ème et dernière manche s’est courue. Avant cette ultime régate j’étais assuré du podium. L’australien Matt Bugg ayant été disqualifié la veille sur une manche et l’anglaise, Helena Lucas, championne paralympique en titre, à un point devant moi, avait également une disqualification à son compteur et n’avait plus le droit à l’erreur. (En voile, la plus mauvaise manche est enlevée, ndlr). On a bossé le soir avec Thierry Poirey, mon entraineur, sur tous les scénarios possibles, j’avais toutes les cartes en main et j’étais déterminé à attaquer. Je termine 4ème et l’anglaise 13ème de cette ultime manche et je laisse éclater une joie immense sur la ligne d’arrivée et un peu plus tard sur le podium.

rio2


Sur quels détails s’est jouée ta victoire ?

Sur ce championnat, c’est ma régularité qui a payé. J’étais extrêmement déterminé et j’ai toujours réussi à garder mon sang froid pour revenir dans le match quand j’étais loin de la tête de flotte. Plus globalement, c’est aussi et surtout 4 ans de préparation du bateau et les entrainements avec mes co-partenaires à l’école Nationale de Voile et des Sports Nautiques qui ont payé. Après la déception aux Jeux de Londres, nous avons collectivement et personnellement identifié les points faibles et travaillé à les améliorer. J’avais retiré les leçons du passé et j’en ai fait une force.

Quel sentiment as-tu ressenti sur le podium lors de cérémonie des médailles ?

C’est assez indescriptible. J’étais très ému. C’est à la fois une joie personnelle mêlée de fierté et un immense bonheur collectif que j’avais envie de partager. Les enfants et les bénévoles de l’association, mon entourage, mes entraineurs, on a tous chanté la plus belle des « Marseillaise » à tue-tête, c’est inoubliable. Depuis mon retour, j’enchaine les plateaux TV et les interviews, je n’ai pas eu beaucoup de temps pour me reposer mais c’est que du bonheur. Je réalise que j’ai concrétisé tellement d’année de travail, je vais donc savourer et repartir ensuite sur d’autres projets.

rio5


La voile aux Jeux Paralympiques, c’est terminé ?

La voile ne sera pas présente aux JP de Tokyo en 2020. Il faut prendre cette parenthèse comme une opportunité de réfléchir au développement de la pratique pour qu’elle revienne en 2024. Cela implique de revoir le choix des supports, les règles et formats de course de l’épreuve. Si la candidature de Paris 2024 est retenue, nous aurons d’autant plus de chance de réintégrer la voile paralympique aux côtés de la voile olympique.

Quels sont tes futurs objectifs ?

Les supports en voile sont nombreux ! J’ai envie de régater en multicoque comme sur le Tour de France à la Voile et également être au départ des futures grandes courses océaniques en solitaire comme la Route du Rhum 2018 et le Vendée Globe en 2020. J’ai surtout envie de monter des projets qui ont du sens humainement et sportivement.

Côté handisport, je continue les entrainements en 2.4mR à l’Ecole Nationale de Voile avec les jeunes du pôle handisport afin de participer aux prochains championnats d’Europe qui se dérouleront à Valence en octobre prochain.

Un dernier mot ?

Je voudrais remercier toutes les personnes, toutes les structures et tous mes sponsors pour m’avoir soutenu et encouragé pendant ces Jeux de Rio. Cette médaille est une belle récompense pour tous et un bel encouragement pour la suite !

rio3


Crédit Photo : Luc Percival